5,0 rating

La tonalité

Comment connaître la tonalité d’un morceau ?

Si nous devions comparer la théorie musicale à la grammaire pour une langue parlée et écrite, il faudrait considérer les tonalités comme la conjugaison.
La tonalité permet au musicien averti de jouer les accords inhérents au morceau et de pouvoir improviser d’une manière efficiente.

Cliquez sur musique pour écouter, si vous le désirez.

Un peu de culture...et quelques précisions

Au Ier siécle après J.C. c’est un moine Italien Guido d’Arezzo qui nomme le nom des notes et les situe sur la portée. Il se sert d’un poème latin qu’il met en musique. Les premières syllabes de chaque vers correspondent au nom des notes actuels auquel on a rajouter le nom de DO pour démarquer le son UT à l’octave.

Ces notes d’origine sont :

UT RÉ MI FA SOL LA SI (DO)

A = LA

B = SI

C = DO

D = RE

E = MI

F = FA

G = SOL

Au XVIème siècle, lors du schisme protestant, pour se dissocier du christianisme, les protestants abolissent le latin dans les messes et remplacent les notes latines par des lettres.

La note LA étant la note du diapason, nous obtenons :

A B C D E F G… et H pour les germanophones qui correspond au son de SI

À partir de cette période, les pays latins de majorité chrétienne utilise les syllabes latines, quant aux pays anglo-saxons de majorité protestante, ils utilisent les lettres. Dans les pays colonisés, suivant leur pays colonisateur, ils utiliseront tantôt l’écriture latine, tantôt l’écriture anglo-saxonne.

Mais laissons de côté ces querelles de clocher et mettons les à profit ! Nous utiliserons les lettres (anglo-saxon) pour désigner une gamme ou un accord, et les syllabes latines (do  ré  mi…) pour les notes jouées seules.

On parlera donc de la gamme ou de l’accord de C et de la note Do.

Ce qu’il faut connaître.

L’ordre des dièses # :

FA DO SOL RÉ LA MI SI (sous entendu : FA# DO#…)



L’ordre des bémols

SI MI LA RÉ SOL DO FA (Sous entendu : SI MI♭…)

Enfin la règle !

Comme nous l’avons vu dans l’article Mieux comprendre l’écriture musicale, les altérations (les # et les ) sont placés en début de portée juste après la clé.

Quand il s’agit de déterminer la tonalité d’un morceau avec les dièses, on compte le nombre de dièses que nous trouvons en tête de portée. On prend le dernier dièse et on lui rajoute 1/2 ton.

Exemples :

montrer la gamme de D

Nous avons 2 # à la clé qui sont d’après l’ordre des dièses FA# et DO#. Le dernier dièse étant DO#, on l’augmente d’un 1/2 ton : on obtient RÉ. Nous somme donc dans cet exemple en tonalité de D (RÉ Majeur)

Montrer la gamme de G

Nous avons 1 # à la clé qui sont d’après l’ordre des dièses FA#. Le dernier dièse étant FA#, on l’augmente d’un 1/2 ton : on obtient SOL. Nous sommes donc dans cet exemple en tonalité de G (SOL Majeur)

Montrer la gamme de B

Nous avons 5 # à la clé qui sont d’après l’ordre des dièses FA# DO# SOL# Ré# LA#. Le dernier dièse étant LA#, on l’augmente d’un 1/2 ton : on obtient SI. Nous sommes donc dans cet exemple en tonalité de B (SI Majeur).

Remarque : cette tonalité sera toujours suivie de ♭ (E♭ B♭ etc.)

Quand il s’agit de déterminer la tonalité d’un morceau avec les bémols, on compte le nombre de bémols que nous trouvons en tête de portée. C’est l’avant dernier bémol qui donne la tonalité.

Exemples :

Montrer la gamme de Bb

Nous avons 2 à la clé qui sont d’après l’ordre des dièses SI et MI. L’avant dernier bémol étant SI, donc nous sommes dans cet exemple en tonalité de SI (B Majeur).

Montrer la gamme de Ab

Nous avons 4 à la clé qui sont d’après l’ordre des dièses SI MILAet RÉ. L’avant dernier bémol étant LA, donc nous sommes dans cet exemple en tonalité de LA (A Majeur).

Montrer la gamme de F

Nous avons 1 à la clé qui est d’après SI. Pour ce cas unique et particulier nous allons nous contenter de dire que nous sommes en FA (F Majeur).

Complément :

Les degrés.

On parle de degré pour une gamme, la place, le rang qu’occupent les notes sur cette gamme. On écrit en générale en chiffre romain.

Exemple pour la gamme de C M :

Do    Ré    Mi   Fa    Sol    La    Si.

Comme nous sommes dans la gamme de C :

 

Do                Ier degré

Ré                IIème

Mi                IIIème

Fa                 IVème

Sol                Vème

La                 VIème

Si                  VIIème

Si nous étions dans la gamme de D :
Ré    Mi    Fa#    Sol    La    Si    Do#
nous aurions :

Ré                 Ier

Mi                 IIème

Fa#               IIIème

          Etc.

On trouvera le même principe sur toutes les autres gammes.

Les intervalles.

Dans la musique occidentale, les notes sont séparées par des demis tons qui correspondent à l’intervalle entre chaque note. Une gamme majeure se définie par cette suite d’intervalle (exemple en CM)

Exemple pour la gamme de G

Pour généraliser sur l’ensemble des gammes on peut dire aussi :

On pourrait vérifier cette règle sur toutes les gammes majeures.

On donne un nom aux intervalles de plus d’1/2 ton. Les principaux sont :

Une neuvième (9) est une seconde à l’octave.

Une onzième (11) est une quarte à l’octave.

Une treizième (13) est une sixième à l’octave.

Notez cet article

3 commentaires sur “Les tonalités”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.